Archives par mot-clé : Surmoi

Olivier Douville : l’appel au djihad

Ce texte présente comment un psychanalyste écoute, à Paris, la façon dont des jeunes gens, filles et garçons, sont séduits par l’appel au djihad. Ces jeunes personnes ne sont pas des fanatiques. Ils viennent rencontrer un psychanalyste sur le conseil de certains de leurs amis ou de membres de leurs familles. L’auteur de ce texte décrit les troubles de l’identité et les blessures psychologiques importantes, mais aussi les idéaux et les espoirs de ces jeunes.

Adolescence, 2018, 36, 2, 291-303.

Gérard Pirlot : le plaisir coupable du remords … ou celui des dents mordant l’œil de l’inconscient

Si, chez le patient nommé “ Didier ” décrit par Bonnet, il fallut tout un travail psychotérapique pour, une fois consolidées les assises narcissiques, voir apparaître le remords point de départ à un véritable travail psychanalytique, il peut en aller différemment chez le patient névrosé. Le remords, parfois d’emblée là, témoigne en effet d’un trop grand attachement à l’imago maternelle ce qui limite alors toute possibilité d’une culpabilité subjectivement assumée. Ainsi, à partir d’une vignette clinique d’un sujet en analyse, après avoir rapproché le remords du reproche et avoir évoqué le lien entre remords et auto-sadisme (sadisme narcissique), l’auteur suivant en cela les différentes étymologies française et allemande du terme de “ remords ”, tente de définir métapsychologiquement ce que ce terme recouvre. L’économie pulsionnelle du remords se découvre être celle mettant en jeu un sadisme oral mêlé aux pulsions scopique et d’emprise, sa dynamique est celle d’un conflit de forces psychiques pouvant aller de la perception hallucinatoire (cf. le cauchemar) à la somatisation (vertige, “ état-second ”, etc.) ou le passage à l’acte, et enfin sa topique est celle d’un clivage du Moi devant la toute-puissance castratrice d’un Surmoi maternel et totémique (loi du talion). Dans la régression sadique-orale (cannibalique) qui le caractérise, le remords est une forme de retour du fonctionnement psychique dans la “ cavité primitive ” décrite par Spitz qui sert alors de “ contenant ” au Self du Moi (les assises narcissiques de celui-ci). Le sujet en proie au remords, tel Caïn, ou Œdipe à Colonne, “ écrasé ” (subjectivement) d’une culpabilité qui menace la cohésion du Self de son Moi, peut régresser solitairement dans le remords jusqu’à “ re-mordre ” répétitivement ce Moi par le biais d’un Surmoi maternel “ incisif ” et castrateur. La prise en charge psychothérapique et analytique du remords visera, par la parole, à “ transférer ”, sur le psychanalyste la culpabilité sous-jacente à ce remords afin de dégager celle-ci de cette gangue “ auto-sadique ” et auto-érotique qu’est le remords.

Claude Savinaud : l’abus et l’affect

Dans notre rencontre avec un certain nombre d’adolescents auteurs d’abus sexuels, nous constatons l’absence de sentiments associés à ces actes, alors qu’ils ne signent pas la présence de troubles dissociatifs ou carentiels. Par contre, ce défaut de remords peut être considéré comme une faille dans la subjectivation adolescente, consécutive à l’omniprésence d’une figure surmoïque archaïque. L’imago maternelle primordiale qui constitue cette figure n’est ni intégrée, ni intérieurement conflictualisée mais projetée sur l’objet rendu “ indifférent ” pour servir d’exutoire à l’excitation pulsionnelle. Le clivage du Moi ne suffit pas à assurer une distinction minimale entre “ bon et mauvais objet ” et introduit une confusion dont l’acte délictueux est la résultante. L’émergence d’une culpabilité transférentielle pourra être la conséquence de la remise en route du processus associatif dans la cure.

Anne Juranville: épilepsie et traumatisme chez l’enfant, réflexion sur une forme moderne de “possession”

Cet article se propose de reprendre, dans le fil de l’interprétation freudienne de Dostoïevski et le parricide, la question du statut psychique de certaines formes de crises épileptiques chez l’enfant et l’adolescent, associées à des situations traumatiques. C’est comme défense incorporative d’essence mélancolique qu’on essaie de dégager la dimension proprement psychosomatique de la crise. Cette crise fait advenir un “sujet”, (en fait désubjectivé), possédé par le Surmoi “obscène et cruel” dont parle Lacan. Crise qui apparaît comme un deuil impossible, pour autant que, dans sa violence de nature pulsionnelle, elle “récupère” la charge libidinale du trauma en le répétant sur un mode “infernal” (Freud). Les perspectives thérapeutiques impliquées par une telle fonction paradoxale du traumatisme prolongent le dialogue théorique et clinique ouvert entre Freud et Ferenczi.

 

Adolescence, 1997, T. 15 n°2, pp. 309-326.

Élisabeth Birot: dépendance à la drogue et dépendance du moi à l’instance surmoïque

La problématique de la dépendance est à comprendre dans ses rapports à un objet dont le statut d’intériorité ou d’extériorité est sans cesse à redéfinir. Un cas clinique d’adolescent permet d’illustrer la dépendance du Moi à une instance surmoïque externalisée, omnipotente et destructrice, clivée de son pôle tutélaire et protecteur du narcissisme. L’usage de la drogue permet alors de répondre à ses idéaux contradictoires : l’acquisition d’une position toute puissante et la satisfaction de 1’exigence punitive, sans les conflictualiser psychiquement.

 

Adolescence, 1997, T. 15 n°2, pp. 308-332.

Tatiana Pellion : “ tête en l’air ” ou quelques questions à partir du traitement d’un adolescent migraineux

La question de la migraine comme événement de corps chez un adolescent est abordée à partir de son  articulation avec la pulsion. Les points communs entre la douleur et la pulsion dans leur intrication au corps propre sont ainsi interrogés. Une intervention de l’analyste au cours d’une séance et ses conséquences cliniques pour le sujet dans son rapport à la pulsion “ invocante ” et à son objet voix est mise au travail. La fonction de la voix et de son articulation pulsionnelle comme médiante entre l’autorité parentale primitive et la constitution du surmoi du sujet est développée. On insiste particulièrement sur la fonction d’extraction de l’objet voix du corps propre, faisant appel à la notion de chose chez Freud et au concept d’objet petit a lacanien dans sa dimension d’abord pulsionnelle. Le rapport entre pulsion et objet petit a à l’adolescence est  souligné.

Adolescence, 2009, T. 27, n°1, pp. 143-155.

Philippe Gutton : au risque de créer

L’héroïsation de l’adolescence comprendrait deux processus, l’un est de l’ordre de la création d’intersubjectalisation construisant les idéaux d’adolescence, l’autre place cette construction en face à face avec le regard du monde infantilo-adulte institutionnalisé en Surmoi sociétal.

Le héros serait celui qui se refuse à succomber malgré le discours du maître qui le désavoue dans un breakdown lauferien et plaide, dressé, sa cause adolescente.

Adolescence, 2013, T. 31, n°2, pp. 281-298

François Richard : peut-on parler d’une « société du malaise » ?

Dans cet article la confrontation épistémique entre la psychanalyse et les sciences sociales est reproblématisée à partir du propos d’A. Ehrenberg (et d’autres chercheurs en sociologie) et d’hypothèses sur la spécificité de l’actuel malaise dans la culture. Les idées freudiennes sont menées jusqu’au point où leur subjectivisme introduit paradoxalement à une perspective de renouveau de l’historicité. Les formes actuelles du malaise dans la culture (contradiction entre moralité et cynisme, complémentarité entre individualisme et grégarité, libération sexuelle cachant une insatisfaction, suspension du jugement, prévalence des  fonctionnements en processus primaires, agirs violents, troubles de la subjectivation) sont dépeintes et commentées.

Adolescence, 2011, T. 29 n° 3, pp. 571-582.