Archives par mot-clé : Pulsion de mort

Nino Rizzo : De la peur de l’amour à l’amour du sida

Depuis les années 80 le sida est devenu une incontournable présence dans l’univers des adolescents et jeunes adultes, présence parfois réelle, le plus souvent psychique. C’est un phénomène social dans son acception quantitative et statistique. Qu’en est-il de son articulation avec la réalité psychique de l’individu ? une sortie semblerait qu’elle dépend de la structure psychique du jeune et qu’elle serait même e de révélateur de cette structure profonde. À travers l’analyse d’une situation clinique au sujet d’un jeune borderline, nous essayons d’illustrer le sens que peut prendre la rencontre avec le sida pour le jeune, sa place dans l’économie psychique de celui-ci, ses bénéfices. Lors de la réflexion théorique qui en suit, l’attention est portée sur la pertinence des concepts de pulsion de vie et pulsion de mort dans la clinique avec les borderline..

Adolescence, 1999, T. 17 n°2, pp. 157-166.

Dominique Agostini : les concepts de “ capacité d’être seul ” (d. w. winnicott) et de “ se sentir seul ” (m. klein)

L’auteur explore, au travers de leurs études sur la solitude, les divergences Klein/Winnicott, notamment en ce qui concerne le rôle de l’objet externe et la pulsion de mort. Il met en relief à quel point les tonalités de ces études sont différentes. Winnicott envisage la capacité d’être seul du côté de l’extase. Sa conception, plutôt optimiste, reflète les joies de la solitude partagée. Klein ne se départit, par contre jamais, d’une tonalité de désolation et de nostalgie au sein même d’une non-résignation et d’une profonde authenticité.

Laurence Corthay-Casot, Olivier Halfon: la violence dans le contexte de l’adolescence

Les auteurs proposent une réflexion relative à la violence agi en augmentation dans la population adolescente et ils s’interrogent sur la compréhension analytique des mouvements destructeurs, aussi bien hétéroagressifs qu’autoagressifs. Différentes positions théoriques sur la question de la pulsion de mort, de la dé-liaison pulsionnelle ou de la tentative de sauvegarde d’un sentiment d’identité lors de l’irruption de violence sont abordées rapidement, suivies de deux vignettes cliniques. La réflexion à partir de ces vignettes tente une mise en lien des aspects intrapsychiques et familiaux qui sous-tendent le recours aux passages à l’acte violents chez ces sujets, en relation avec la problématique adolescente. L’impasse identificatoire momentanée est évoquée ainsi que l’interdépendance entre la violence dirigée contre soi et celle dirigée contre autrui.

Adolescence, 1998, T. 16 n°1, pp. 295-308.

Anne Juranville: épilepsie et traumatisme chez l’enfant, réflexion sur une forme moderne de “possession”

Cet article se propose de reprendre, dans le fil de l’interprétation freudienne de Dostoïevski et le parricide, la question du statut psychique de certaines formes de crises épileptiques chez l’enfant et l’adolescent, associées à des situations traumatiques. C’est comme défense incorporative d’essence mélancolique qu’on essaie de dégager la dimension proprement psychosomatique de la crise. Cette crise fait advenir un “sujet”, (en fait désubjectivé), possédé par le Surmoi “obscène et cruel” dont parle Lacan. Crise qui apparaît comme un deuil impossible, pour autant que, dans sa violence de nature pulsionnelle, elle “récupère” la charge libidinale du trauma en le répétant sur un mode “infernal” (Freud). Les perspectives thérapeutiques impliquées par une telle fonction paradoxale du traumatisme prolongent le dialogue théorique et clinique ouvert entre Freud et Ferenczi.

 

Adolescence, 1997, T. 15 n°2, pp. 309-326.

Emmanuelle Sabouret : la disjonction du caravage

Il est des hommes qui rappellent que le cours de l’histoire n’est ni lent ni régulier. Le Caravage (1571-1610) en fut par ses innovations si radicales qu’elles bouleversèrent le développement de la peinture occidentale. Querelleur, fauteur de troubles et condamné pour assassinat, Caravage ne cessa pourtant jamais de peindre qu’il fût sous la protection de grands mécènes ou en fuite pour échapper à la justice pontificale. Le contraste entre le saisissement pictural d’instants suspendus et son errance vitale jalonnée de passages à l’acte laisse penser qu’en dépit d’une œuvre considérable, son pouvoir créateur n’ait pu prendre le pas sur l’inflexion mortifère qu’il met en scène dès ses premiers tableaux. Son errance s’est accentuée à la fin de sa vie tandis qu’il se livrait encore, à l’abri de la toile, à de grandes compositions religieuses aux thématiques désespérées, en quête d’une absolution divine.

Adolescence, 2008, T. 26, n°2, pp. 423-448.

Charles Gheorghiev : tentatives de suicide à l’adolescence : entre geste de survie et pulsion de mort

L’adolescence, transition à la dynamique habituellement constructive depuis le monde de l’enfance à celui de l’âge adulte, est parfois source de fragilités de par les remaniements pubertaires inhérents et la réactualisation d’une émergence pulsionnelle mise auparavant en sommeil. Ce mouvement n’est pas toujours porteur de la vitalité attendue, en confrontant certains sujets à une impossible maturation, ouvrant la perspective du suicide comme issue à cette impasse évolutive. Un éclairage original de ce que Freud a pu développer au sujet des mécanismes sous-jacents de certaines conduites suicidaires est proposé ici à travers l’histoire d’une patiente dont la répétition des gestes suicidaires inscrira l’adolescence dans une tension entre un processus mortifère visant à sa destruction et une tentative de survie dans l’ultime réappropriation d’elle-même.

Adolescence, 2010, T. 28, n°2, pp. 315-319.

Bernard Duez : mort nécessaire et mort suffisante : deux figures de l’initiation à l’adolescence

L’auteur analyse le mécanisme de la construction suicidaire à l’adolescence. Cette conduite est un avatar du fantasme initiateur du retour l’originaire à l’adolescence : l’auto-engendrement en présence d’au moins un autre et son inverse l’auto-destruction en présence d’au moins un autre. Il montre comment l’adolescent convoque l’intrus dans sa dynamique psychique scénalité/obscénalité en confrontant au moins un autre à l’effroi de la mort. Si l’autre ou les autres effrayé(s) demeure(nt) présent(s) l’adolescent peut penser que malgré l’effroi intrusif qui l’habite il demeure humain. Dans le cas contraire, la conduite suicidaire ou meurtrière peut intervenir. L’entrée dans l’adultité nécessite que l’adolescent se confronte à une mort nécessaire, celle qui l’inscrit comme mortel dans l’humanité, et à une mort suffisante pour qu’au-delà des objets d’amours infantiles éternels, il puisse investir des liens de désir par rapport à des objets d’amour périssables.

Adolescence, 2010, T. 28, n°2, pp. 269-279.

 

Nicolas Peraldi : mauvais fils. l’insertion sociale à l’épreuve de la subjectivation

Le récit clinique est un biais, une voie oblique qui n’a de fonction que celle de servir de repère. Aux travers ou, plus exactement, dans les travers d’une trajectoire d’un jeune homme pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance, dans une mise en échec de toute dimension d’insertion sociale et professionnelle, j’essaierai de montrer comment un processus de subjectivation s’est élaboré afin de permettre à ce jeune de reconstruire son présent à l’aune de son passé, de symboliser et de s’approprier ce qui jusqu’alors n’avait été qu’éprouvé. Ce texte est écrit comme un triptyque. Les trois parties peuvent être lues indépendamment l’une de l’autre, et c’est pourtant dans la liaison entre elles que se développe la spécificité du propos que je souhaite soutenir à travers cet article. Chaque partie renvoie à une lecture, à un temps d’élaboration. Elle s’ouvre par une vignette clinique, comme un préambule à la réflexion qui suit. J’aurais pu lier les vignettes en une seule séquence et développer ensuite mon élaboration point par point. J’ai préféré cette (dés)articulation qui répond davantage, selon moi, à la théâtralisation du cas présenté.

Adolescence, 2011, T. 29 n°4, pp. 765-778.