Archives par mot-clé : Radicalisation

Olivier Douville : l’appel au djihad

Ce texte présente comment un psychanalyste écoute, à Paris, la façon dont des jeunes gens, filles et garçons, sont séduits par l’appel au djihad. Ces jeunes personnes ne sont pas des fanatiques. Ils viennent rencontrer un psychanalyste sur le conseil de certains de leurs amis ou de membres de leurs familles. L’auteur de ce texte décrit les troubles de l’identité et les blessures psychologiques importantes, mais aussi les idéaux et les espoirs de ces jeunes.

Adolescence, 2018, 36, 2, 291-303.

Fatima Touhami, Sevan Minassian, Rahmeth Radjack, Adrien Lenjalley, Jonathan Lachal, Marie Rose Moro : les voies de khalthoum

Il existe autant de risques de basculement dans l’engagement radical, que d’histoires singulières des adolescents. Nous avons mené une étude en population générale sur les représentations des jeunes et la radicalité. Nous analysons l’entretien d’une jeune femme musulmane franco-algérienne. Son récit permet de montrer les liens entre sa quête identitaire et le contexte socio-historique tel qu’elle se le représente, ce qui permet d’articuler l’intrapsychique, le subjectif et le collectif.

Adolescence, 2018, 36, 2, 275-290.

Maude Ludot, Isam Idris, Marie-Aude Piot, Rahmeth Radjack, Jonathan Lachal, Marie Rose Moro : métissage traumatique

La « radicalisation » émerge dans le discours parental comme motif de consultation pour leurs adolescents. Dans les trois situations cliniques, elle apparaît comme un médiateur utilisé par les adolescents pour se séparer et combler un vide dans la transmission transgénérationnelle. Le « métissage traumatique » sera discuté comme opérateur dans le processus identitaire. L’objectif est de comprendre le sens de ces engagements radicaux, dans le contexte de séparation-individuation.

Adolescence, 2018, 36, 2, 263-274.

Olivier Cavillon : l’adhésion jihadiste : une expérience limite

Sur la base d’une expérience sensible et prolongée au contact de patientes-détenues « radicalisées », l’affiliation idéologique jihadiste est envisagée comme seul recours pour ces jeunes femmes de panser les blessures d’une histoire familiale accidentée. Une fois captivées par cette dogmatique idéaliste, elles semblent dépossédées de leur activité de pensée et de l’essence même de leur subjectivité, jusqu’à fusionner avec l’idéal sacré et la doctrine radicale.

Adolescence, 2018, 36, 2, 243-252.