Archives par mot-clé : Voix

Anthony Brault, François Marty : l’identité sonore à l’adolescence

Cet article interroge la place et la fonction de l’expérience sonore au sein du processus d’adolescence. À travers plusieurs vignettes cliniques, nous traiterons des modalités de réaménagement de l’identité sonore à l’adolescence et de ses conséquences tant d’un point de vue individuel que groupal/familial. Nous témoignerons également du travail thérapeutique qui peut être effectué lorsque ces réaménagements ne peuvent être traités psychiquement.

Adolescence, 2018, 36, 2, 319-331.

Philippe Givre : la voix blanche de kurt cobain ou les accents mélancoliques de la musique grunge

Tout en soulignant comment le groupe Nirvana a réussi à cristalliser le mal-être et la fureur latente de toute une génération adolescente, l’auteur s’attarde sur l’influence très particulière jouée par les tonalités mélancoliques de la voix de Kurt Cobain. Si cette voix blanche a grandement contribué aux pouvoirs d’auto-affectation et de captation qui émanaient des mélodies musicales de ce groupe grunge, elle n’aura pas été sans lien avec la présence cachée d’un compagnon imaginaire, Boddah, lequel aura pris une part active dans la destinée fatale de l’artiste.

Adolescence, 2015, 33, 2, 451-466.

Christine Mazars : le champ de la voix dans le « slam poésie »

Le slam est un nouvel art poétique, faisant intervenir la scène, emprunté par les jeunes. Cette poésie-spectacle répond au besoin d’étayage narcissique et de conquête de nouveaux espaces à l’adolescence où le champ du langage est investi en rupture avec la langue maternelle et celle de la norme. Elle permet aux jeunes de se confronter à l’altérité en sublimant leurs pulsions agressives par le biais de l’objet esthétique commun auquel ils se sont identifiés et par lequel ils exercent leur créativité.

Adolescence, 2014, 32, 4, 771-786.

Caroline Lebrun : de l’objet immédiat à l’objet virtuel. téléphone et prime adolescence

 

On retrouve dans le matériel spécifique recueilli au Fil Santé Jeunes, numéro vert pour les adolescents, les définitions du mot “ virtuel ” et en premier lieu la potentialité génitale qui s’exprime directement dans les appels. L’invisibilité et la non-présence : autre définition du mot virtuel, caractérisent le téléphone. En tant qu’espace où des substituts parentaux sont invisibles et où l’adolescent lui-même n’est pas vu, la ligne est une offre à la représentation particulièrement bienvenue à un âge où il est impératif de substituer une représentation à la présence corporelle parentale. La voix, seul élément corporel de la relation téléphonique, favorise un lien qui peut être régressif mais qui peut aussi ouvrir à une subjectivation réciproque.

Olivier Douville : « bricoleur » du langage

Le passage adolescent est paradoxal. D’une part, le jeune se pose comme un sujet par et pour la rupture d’avec l’univers culturel domestique, d’autre part il va reprendre souvent pour édifier son devenir des éléments culturels refoulés à la génération précédente. Ce paradoxe est vif  et très visible en ce qui concerne les contextes de migration, mais il est interne à chaque processus adolescent, « migrant » ou « autochtone ». L’article, prenant appui sur la notion due à C. Lévi-Strauss de « langage mythopoétique », explore les traductions de ce paradoxe dans la façon particulière qu’ont les adolescents de modeler la langue et de prendre la parole.

Adolescence, 2014, 32, 1, 101-110.

Christophe Rubin : Le rap adolescent : du démantèlement d’un rythme et d’un discours à l’hyper-extension d’une représentation vocale du sujet

Le rap met en œuvre des processus d’altération de la langue et de la voix, tout comme le passage de l’enfance à l’adolescence. Ainsi, certaines transformations physiologiques et psychologiques peuvent êtres mises à distance, masquées par les jeux linguistiques et vocaux du rap.

Un texte comme ” Poison juvénile “, du groupe Movez’ Lang, peut en effet apparaître comme la mise en scène verbale d’un ” changement de peau ” : tout se passe comme si les rappeurs voulaient démembrer une prosodie, un discours, une représentation de soi propres à l’enfance, pour imposer rythmiquement et métaphoriquement une représentation vocale sur-dimensionnée – recouvrant très largement, dans ses excès et dans son caractère volontairement stéréotypé, la voix et la parole particulières du sujet.

Cela constitue donc bien une manière d’envelopper, de voiler la subjectivité individuelle, dans un jeu à la fois pudique et suggestif.

Tatiana Pellion : “ tête en l’air ” ou quelques questions à partir du traitement d’un adolescent migraineux

La question de la migraine comme événement de corps chez un adolescent est abordée à partir de son  articulation avec la pulsion. Les points communs entre la douleur et la pulsion dans leur intrication au corps propre sont ainsi interrogés. Une intervention de l’analyste au cours d’une séance et ses conséquences cliniques pour le sujet dans son rapport à la pulsion “ invocante ” et à son objet voix est mise au travail. La fonction de la voix et de son articulation pulsionnelle comme médiante entre l’autorité parentale primitive et la constitution du surmoi du sujet est développée. On insiste particulièrement sur la fonction d’extraction de l’objet voix du corps propre, faisant appel à la notion de chose chez Freud et au concept d’objet petit a lacanien dans sa dimension d’abord pulsionnelle. Le rapport entre pulsion et objet petit a à l’adolescence est  souligné.

Adolescence, 2009, T. 27, n°1, pp. 143-155.