Archives par mot-clé : Fantasme

Francine Caraman : albertine et les garçons

Cet article s’attache à la mise en jeu singulière et exacerbée des séductions dans le transfert, chez une jeune fille en proie à une excitation sexuelle intense et s’adonnant à des amours sans retour après la mort brutale de son père. De la réponse de l’analyste à cette excitation et à une demande d’amour impérieuse dépend la possibilité de constitution d’une scène où le fantasme de séduction pourra être différenciateur et organisateur, au coude à coude avec celui de meurtre du père.

Adolescence, 2019, 37, 1, 43-57.

Benjamin Degenne : un succédané de psychodrame en relation duelle

La découverte du psychodrame analytique individuel offre au clinicien des possibilités nouvelles dans l’accompagnement psychologique des adolescents. S’appuyant sur la vignette d’un jeune garçon en âge de démarrage pubertaire, cet article discute le lien existant entre psychodrame et jeu improvisé à deux. La réflexion porte sur la possibilité de recourir à la stratégie interprétative du psychodrame, au bénéfice d’une relation duelle entravée dans sa dynamique.

Adolescence, 2018, 36, 1, 183-191.

Michèle Benhaïm, Jamel Jouault, Karine Méolans-Lafon : À l’épreuve du sujet virtuel.

À travers le cas d’Arthur, joueur addict aux jeux vidéo, est évoquée la réécriture du fantasme à l’adolescence utilisant, dans l’après-coup du stade du miroir, l’écran comme surface projective et réflexive. Un stade du jeu vidéo conçu comme répétition générale du rapport à l’Autre, à l’Autre sexe, où le jeu, comme espace transitionnel, simulateur de liens aux objets et aux sujets, ne saurait cependant se substituer à la rencontre (tuchê) avec l’extérieur, à la relation physique, concrète.

Adolescence, 2016, 34, 2, 309-318.

Christine Condamin-Pouvelle : l’héritage mortifère du pavillon d’or

 

Le contenu intrinsèque de l’œuvre du Pavillon d’Or est analysé dans une perspective psychanalytique. Les correspondances entre le romancier Mishima et le jeune héros Mizoguchi ne sont que suggérées, l’auteur s’attachant davantage à expliquer pourquoi le jeune adolescent, accueilli comme novice en formation dans le monastère du Pavillon d’Or, est amené à la décision criminelle d’incendier le célèbre temple. Les aléas de la construction du moi lors des phases préœdipienne et œdipienne et la difficulté pour le héros de trouver une place de sujet désirant sont étudiés. La question centrale porte sur le statut particulier du Pavillon d’Or dans l’économie psychique du héros : réalité, fantasme, hallucination ou objet endopsychique ?

Serge Tisseron : le virtuel à l’adolescence, ses mythologies, ses fantasmes et ses usages

 

Le mot “ virtuel ” a au moins trois définitions possibles : ce qui est potentiel et en devenir, ce qui est présent mais non actualisé à un moment donné, et ce qui exclut le corps et ses émois. Dans tous les cas, le virtuel s’impose comme un fantasme où sont mobilisés à la fois le désir d’être contenu dans l’image, celui d’interagir avec elle, et finalement de troquer sa peau contre la sienne. Mais parfois, les rencontres virtuelles sont aussi utilisées par les adolescents comme des espaces transitionnels à des fins de symbolisation personnelle.

Brigitte Haie : le moment adolescent comme moteur de la cure d’adulte

La cure des sujets dits adultes est souvent ponctuée de références à un temps qu’ils situent comme leur adolescence. Nous partirons d’un postulat : le moment adolescent pourrait se définir comme le temps de la refonte du fantasme infantile. Le travail psychique de l’adulte en devenir pourrait alors s’appréhender comme le moment de vérification de cette construction remodelée. Il s’agirait d’en tester la solidité ou au contraire d’en mesurer les ratages afin de tenter une nouvelle construction. Nous en rendrons compte à travers trois vignettes cliniques.

Brigitte Haie : le statut du fantasme dans la perversion, au travers de quelques œuvres de p. klossowski

Aborder le fantasme comme théorie de l’adolescence permet d’interroger comment le moment adolescent du fantasme est révélateur de l’orientation dans les différentes structures cliniques du sujet en devenir. Il s’agira ici plus spécifiquement de la refonte du fantasme dans la perversion au travers de quelques œuvres de P. Klossowski. Nous repartirons de différents personnages (Octave, Antoine, le jeune Ogier et enfin Actéon) issus de différentes œuvres pour illustrer comment il y a un arrêt sur images dans le fantasme pervers qui rend le montage de ce dernier en quelque sorte inopérant. Il demeure une mise en scène répétitive et ennuyeuse.

Brigitte Haie : la création chez l’adolescente : l’assignation de la sublimation au registre du fantasme

Cet article tente de mettre en évidence la fonction de la sublimation comme création pour parer à l’impossible du rapport sexuel chez l’adolescente. Il s’agit d’une part, de revisiter ce concept à partir de la théorie freudienne puis de l’apport lacanien en ce domaine et, d’autre part, de saisir son articulation au fantasme et ses points de divergence.

Gisèle Chaboudez : le temps logique de l’adolescence

Maintenant qu’il existe en psychanalyse une logique susceptible d’identifier les temps de la formation d’un sujet comme d’une névrose, on vérifie que l’adolescence est un temps logique déterminant. Moment de la prise rétroactive du fantasme, il est aussi celui de la découverte de l’orgasme qui constitue ce que J. Lacan appelle une maturation de l’objet a. Le rapport sexuel découvre sa non-conjonction chez l’homme et chez la femme, dont l’effet est de castration pour les deux partenaires, répétant la castration symbolique issue de l’Œdipe.

Hubert Lisandre : Prévenir l’ange ?

Bien que le ” jeune homosexuel ” ne constitue pas un risque spécifique au regard de la contamination du VIH, il peut être étudié comme figure privilégiée des enjeux psychiques qui guideront la prévention effective, notamment dans son rapport au père (œdipien). Extraite d’une recherche sur la dimension inconsciente de la prévention, l’analyse du discours de Gabriel permet de mettre en évidence un ” angélisme ” problématique, qui peut être considéré comme facteur de risque réel, et interroge en retour les politiques de prévention actuelles, ainsi que la position du psychologue face au ” jeune “, sur le chapitre de la sexualité.

Adolescence, 1999, T. 17 n°2, pp. 105-122.