Archives de catégorie : Expériences d’ amour – 1998 T. 16 n°2

Dominique Arnoux : La douleur d’aimer

L’auteur propose un essai sur le négatif lors de la constitution de l’objet amoureux à l’adolescence.

En s’appuyant sur la conception du narcissisme négatif qui révèle l’altération de la valeur fonctionnelle de l’objet, de nombreux exemples cliniques viennent illustrer cette misère d’objet. Situations où l’amour d’objet prend le sens d’un retournement vers soi dans la haine et la honte.

Alexandra Triandafillidis : Le Didyme placentaire

Cet article interroge l’aspiration à la complétude qui est décelable derrière la diversité de ce qu’on nomme ” expérience d’amour “.

A partir d’une documentation hétérogène, une fiction est proposée qui fait vaciller la représentation de la fusion mère-enfant au profit d’une représentation de la fusion mère-enfant au profit d’une représentation de la complétude placenta-enfant: le ” didyme placentaire ” est un support métaphorique privilégié pour évoquer l’absolu de la complétude.

Ce didyme à jamais perdu alimente une intarissable quête. Les compagnons de l’expérience d’amour, quelle qu’elle soit, apparaissent comme des substituts imparfaits, investis d’une impossible mission. Ils sont toujours plus ou moins ” imaginaires “.

Odile Falque : ” L’annonce faite à Marie ” : Expérience mystique et processus d’adolescence

L’expérience mystique peut traverser le processus d’adolescence, éventuellement structurer ce remaniement en y apportant une issue temporaire ou définitive. Elle n’endigue pas les fonctionnements plus ou moins pathologiques mais y donne sens. La ” belle ” Violaine ressuscite l’enfant mort de sa sœur, la ” mauvaise ” Mara. La lépreuse y aborde son fantasme d’humiliation par celui de renaissance dans un processus d’idéalisation nécessaire pour gérer la violence pubertaire.

Philippe Givre : Amours musicales et musicalité des amours adolescentes

A partir des travaux de Roland Barthes qui établit une équivalence entre musique et discours amoureux, l’auteur cherche à montrer que des intrications étroites se nouent entre la temporalité singulière de l’adolescence, la musique et l’état amoureux. S’il semble difficile de parler d’une distraction amoureuse chez l’adolescent, le souci adolescent semble tout entier dévolu à la quête de l’âme sur et à la recherche des mélodies musicales qui pourront en traduire l’émotion. Or, ce souci qui peut prendre une tonalité obsédante trouve à s’alléger par le biais des rythmes et des sonorités musicales qui entrent en correspondances avec les éprouvés pubertaires. Le discours amoureux de l’adolescent trouverait de façon élective sa traduction dans les choix musicaux qui ponctuent la traversée du pubertaire et de l’adolescence. L’écoute musicale aurait ainsi cette vertu d’accompagner et de soutenir le mouvement transformationnel de l’objet d’amour, à la condition toutefois que le potentiel sublimatoire puisse être convoqué par l’adolescent et servir à cette maturation des choix esthétiques. En offrant une rythmicité harmonieuse et des qualités sensorielles mélodieuses les musiques consensuelles qui scandent la phase de latence et l’entrée dans la puberté entretiendraient, grâce à leurs vertus apolliniennes (plaisir de la bonne forme), une vision harmonieuse de l’existence, avant de céder le pas à des musiques plus sophistiquées et torturées, aux accents dionysiaques, qui tout en maintenant le mythe de l’Unité primitive et de la complémentarité des sexes ouvrent sur une vision tragique de l’existence.

Myriam Boubli : Du même, trop semblable, à la petite dissemblance dans la quête de l’altérité

Il s’agit, de montrer et d’analyser, deux mouvements de sexualisation à l’adolescence et leurs aléas. Le premier mouvement psychique, chaste, “courtois “, est la condition sine qua non du second. Il favorise lareconnaissance et l’élaboration des émotions, l’émergence d’une pensée personnelle et l’acceptation de l’altérité. Durant ce premier mouvement psychique, l’illusion quasi délirante d’appartenir aux deux sexes est peu à peu abandonnée grâce à l’expérience amoureuse qui utilise le partenaire, double un peu dissemblable, pour se dégager des parents œdipiens. À l’aide de cette expérience émotionnelle, l’adolescent modifie ses liens à ses objets d’identification et d’amour, prend conscience de certains de ses modes de pensée.

Le second mouvement, élargit la capacité à apprendre par expérience, l’insight, l’acceptation de l’altérité, rend possible l’intimité sexualité génitale stable et épanouissante grâce à l’intégration de la bisexualité psychique.

François Ladame : Qu’appelle-t-on amour de transfert ?

L’amour de transfert, c’est l’amour. La clinique est pourtant différente à l’adolescence et à l’âge adulte. Les différences proviennent vraisemblablement des exigences développementales, notamment celle d’avoir à renoncer à la réalisation des vœux incestueux et parricides qui est à portée de main. Le soi-disant amour de transfert à l’adolescence s’apparente davantage à une passion amoureuse avec tout le risque de s’y perdre.

Maja Perret-Catipovic : Haine de transfert – Haine du transfert

À la différence de l’agressivité, qui vise à blesser l’autre, la haine s’attaque à l’existence même de l’autre en tant qu’objet différencié. Elle ne doit cependant pas être confondue avec la destructivité dans la mesure où elle est garante d’un lien indéfectible entre patient et thérapeute. Elle est certes difficile à tolérer dans la relation transféro-contre-transférentielle mais elle ne constitue pas pour autant le danger majeur pour la poursuite d’un processus thérapeutique.

François Marty : Le sentiment océanique

La sensation océanique, objet de controverse entre S. Freud et R. Rolland, peut être considérée comme un éprouvé faisant partie du sentiment amoureux à l’adolescence. Expression d’une régression fusionnelle ou d’une perception anticipée de l’amour de l’objet, l’océanique pourrait être une version de la résolution du conflit pubertaire.

Gilles Rebillaud : “M’aimez-vous ? ” à propos de l’amour de transfert

Cet article relate le cas d’une jeune femme de vingt ans en analyse ; l’intrusion de la fille de l’analyste dans une séance déclenche un effet puissant de rivalité chez la patiente. L’auteur s’efforce alors de suivre l’évolution simultanée du transfert, et examine ses embarras et ses interventions actives induites par ce cas.

Jean-Marc Chauvin : Méandres de l’objectalisation

En fonction des expériences affectives blessantes et frustrantes rencontrées, les adolescents à risque quitteront le domaine de la scène objectale où l’éprouvé haineux, garant du lien avec l’objet, est encore possible pour glisser, régressivement, dans la destruction du lien objectal et le désinvestissement narcissique. Une partie du travail de l’adolescence se situe dans le glissement qui s’opère entre les polarités de haine et de destructivité. Une prise en charge analytique doit être envisagée pour maintenir ouvertes les possibilités de remaniements.