Archives par mot-clé : Mystique

Serge Lesourd : the relentless mystical passion of the adolescent

Le psychical phase of adolescence necessarily confronts the subject with the de-idealization of childhood gods, those that the child created for himself because of his fundamental dependence. Now, the postmodern social bond has changed the status of social gods, so that mystical adolescent passion is no longer a symbolic “ assumption ” of these, in the form of an interiorized ego ideal, but rather an “ incarnation ” in reality of the gods that sustain an ideal ego, in keeping with the divinisation of the human promoted by postmodern liberalization. The mystical passion of the adolescent thus takes the new forms attested to by current adolescent psychopathology.

Adolescence, 2008, T. 26, n°1, pp. 9-21.

Jacques Maître : l’automutilation comme retour du religieux ?

L’objet de cette contribution est de repérer dans l’histoire du catholicisme des éléments dont l’écho peut se détecter quand nous analysons les automutilations adolescentes actuelles au sein de la société française. Pour l’Antiquité, on trouve la référence au martyre comme modèle d’ascèse ; pour le Moyen Âge, l’avènement du Christ gothique. Le rapprochement entre les textes anciens et les données actuelles de la clinique prendra tout son relief à la lecture des messages échangés au sujet des automutilations par les jeunes qui s’expriment sur les forums d’Internet.

L’héritage du passé catholique peut se lire dans les pratiques de flagellation, illustrées par les mortifications que s’infligeaient au XVIIe siècle Marie de l’Incarnation et son fils dom Claude Martin. Nous trouvons aussi l’inscription corporelle des stigmates de la Passion et l’anorexie mystique ; celle-ci préfigure, dans le cadre de la virtuosité mystique catholique, l’anorexie mentale qui en fournit une version sécularisée, tenue maintenant pour une des pathologies majeures de l’adolescence. Le lien entre les automutilations adolescentes et l’anorexie est bien connu en épidémiologie.

Dans le champ de la « post-modernité », les pratiques scarificatoires se rattachent d’une certaine façon au catholicisme médiéval à travers des courants tels que le « ghotik », notamment quand le chanteur Marylin Manson utilise comme emblème le tableau de Grünewald représentant la Crucifixion d’une façon quasi expressionniste. Les propos des jeunes qui s’adonnent à ces pratiques montrent une volonté de fuir un monde inhabitable. Il faut cependant bien distinguer les différents cadres institutionnels où vivent ces adolescents : famille, foyers d’accueil. En milieu carcéral, ce sont même des adultes qui s’infligent des scarifications et des brûlures pour « faire avec » leur détresse existentielle.

Enfin, cette réflexion aboutit à une question chère aux médias : assistons-nous à un « retour du religieux » ? Il s’agit au contraire d’une déperdition radicale de l’emprise exercée sur la population française par ce qui fut le « religieux » dominant d’autrefois, l’Église catholique. Le dogme sans cesse réaffirmé par le Magistère se trouve en manque croissant de crédibilité, ce qui permet d’en réemployer des éléments épars sans aucune adhésion au système dogmatique, comme on le voit avec la mode actuelle des relations personnelles avec l’ange gardien. Il en va de même avec le satanisme des jeunes gothiques. D’ailleurs, nous n’aboutissons pas à des cérémonies instituées, mais à des rituels privés qui constituent un cri de souffrance en appelant au paradis d’une écoute chaleureuse.

Odile Falque : ” L’annonce faite à Marie ” : Expérience mystique et processus d’adolescence

L’expérience mystique peut traverser le processus d’adolescence, éventuellement structurer ce remaniement en y apportant une issue temporaire ou définitive. Elle n’endigue pas les fonctionnements plus ou moins pathologiques mais y donne sens. La ” belle ” Violaine ressuscite l’enfant mort de sa sœur, la ” mauvaise ” Mara. La lépreuse y aborde son fantasme d’humiliation par celui de renaissance dans un processus d’idéalisation nécessaire pour gérer la violence pubertaire.

Françoise Declercq : « du mysticisme à l’indépendance » chez George Sand

Aurore Dupin alias George Sand issue d’une famille en crise du fait du caractère de la classe sociale, des convictions religieuses de ses membres fait un épisode mystique fort à quinze ans dans l’école où elle était interne. Ce moment relaté dans Histoire de ma vie sans l’engager dans une voie religieuse influencera ses convictions sociales et ses analyses psychologiques artistiques.

Adolescence, 2008, T. 26, n°2, pp. 493-507.

Jean-Baptiste Lecuit : la mystique, entre régression et passion sublimatoire

Cet article montre comment la réduction freudienne de la mystique à une régression au narcissisme primaire peut être relativisée et prolongée par la prise en compte de la dynamique sublimatoire animant certaines grandes figures mystiques, et de la dimension amoureuse interpersonnelle de leur vie de foi. Il expose la compréhension de la mystique par Freud, dans sa différence avec la religion, et prend en compte l’apport d’auteurs contemporains comme C. Parat, S. de Mijolla-Mellor ou A. Vergote.

Adolescence, 2008, T. 26, n°1, pp. 143-157.

André Brousselle : de la faute à l’extase. une stratégie narcissique ?

L’exercice spirituel devient stratégie narcissique quand ressasser la faute mène à l’extase ! Ce narcissisme d’indifférenciation (fusionnel) et le narcissisme de différenciation (dont celui de la petite différence) requalifient la faute en sens opposé, en ne s’intéressant qu’indirectement à la faute sexuelle ou agressive envers l’objet. On retrouve ces stratégies à l’adolescence chez les rejetons du New Age, souvent toxicomanes, et dans certains comportements.

Adolescence, 2008, T. 26, n°1, pp. 131-141.

Gérard Bonnet : mystique et conversion à l’adolescence

L’auteur aborde l’expérience mystique à partir de récits classiques tels que le mythe de la caverne et la conversion de Moïse pour éclairer des témoignages qui nous viennent de l’écoute analytique la plus courante. Il montre que l’expérience mystique est un moment intense, où le sujet éprouve en un éclair la sensation d’accéder à la jouissance idéale qu’il a imaginée follement dans l’enfance et s’y plonge avec délices sans savoir exactement de quoi il s’agit. C’est aussi le moment où lui reviennent douloureusement les failles et les ombres de ces expériences premières, et où il risque de s’y soumettre corps et âme tellement elles sont indissociables de la jouissance en question, s’adonnant à des symptômes, des addictions ou des passages à l’acte qui sont directement sous leur gouverne. C’est enfin et surtout l’instant où il est obligé d’assumer les conflits qui en résultent s’il veut faire la part des choses entre ces vécus exceptionnels dont il porte l’espérance au plus profond de lui-même et la réalité dans laquelle il est appelé à s’investir aujourd’hui.

Adolescence, 2008, T. 26, n°1, pp. 41-63.

Odile Falque : mystique du quotidien avec etty hillesum

La mystique, on ne peut pas en parler et on ne peut pas ne pas en parler. Elle consiste à rester dans l’illusion et la tension des paradoxes particulièrement la vie-la mort, à travers une reprise des processus d’adolescence qu’Etty Hillesum situe à partir de la puberté. Celle-ci renvoie à l’originaire et il s’agit d’en sortir. C’est tout l’enjeu de sa rencontre avec son psychologue, Julius Spier, rencontre tout d’abord érotisée, dans la transgression, puis idéalisée et sublimée, dans la découverte à la fois de la capacité d’être seul, de penser, de rêver, de prier, pour tous deux, chercheurs de Dieu.

L’expérience mystique s’enracinerait autour de la jouissance, la transgression et la mort.

“ Mystique du quotidien ” peut se dire dans l’économie psychique du sujet dans des mouvements d’hyperinvestissement libidinal, de désinvestissement et de réinvestissement dans la réalité du quotidien, qui apporte une énergie renouvelée, pour elle l’approfondissement et l’élargissement de l’espace psychique et spirituel, le souci des autres, la mission à accomplir et le témoignage à porter.

Tel a été le cheminement d’Etty Hillesum, mystique restée “ en marche ” vers la mort, la survie, à suivre dans son Journal, Une vie bouleversée, écrit entre 1941 et 1943, d’Amsterdam à Auschwitz.

Adolescence, 2008, T. 26, n°1, pp. 23-39.

Serge Lesourd : l’incontournable passion mystique de l’adolescent

Le temps psychique de l’adolescence confronte nécessairement le sujet à la désidéalisation des dieux infantiles, ceux que l’enfant se crée du fait de sa dépendance fondamentale. Or le lien social postmoderne a changé le statut des dieux sociaux, faisant de la passion mystique adolescente non plus une “ assomption ” symbolique de ceux-ci, sous la forme d’un Idéal du moi intériorisé, mais une “ incarnation ” dans la réalité des dieux qui soutient un moi-idéal en conformité avec la divinisation de l’humain que prône le libéralisme postmoderne. La passion mystique de l’adolescent prend donc des nouvelles formes dont témoigne la psychopathologie actuelle de l’adolescence.

Adolescence, 2008, T. 26, n°1, pp. 9-21.