Archives par mot-clé : Etat amoureux

Jean-Bernard Chapelier : « la grande illusion » : fête et processus groupaux

 

La fête condense deux attentes contradictoires, l’une individuelle à savoir trouver le partenaire amoureux et/ou sexuel idéal, et l’autre de retrouver la sécurité narcissique au sein d’un groupe qui promet des plaisirs sans comparaison. Le choix est d’autant plus difficile que les deux solutions ont fantasmatiquement la même conséquence : la félicité du « sentiment océanique ». Pris entre la fidélité au groupe et l’espoir d’une rencontre amoureuse, l’adolescent opte souvent pour une troisième voie, celle de la recherche rapide d’un état second par la consommation d’alcool ou de stupéfiants.

Claude Savinaud : Passion du symbolique

A partir du constat clinique que certaines pathologies narcissiques d’adolescence achoppent sur la réalisation d’un investissement libidinal du fait de l’amour-haine portée sur une figure paternelle grandiose et obscène, l’auteur développe l’idée d’un type d’investissement passionnel de la dimension symbolique dépassant le représentant imagoïque déchu au profit d’une parole identifiante, créatrice, qui vise un au-delà de l’objet. Cet investissement revêt les caractéristiques d’un ” état amoureux ” avec le dessaisissement du sujet et l’idéalisation de l’autre au-delà de toute satisfaction.

François Marty : Le sentiment océanique

La sensation océanique, objet de controverse entre S. Freud et R. Rolland, peut être considérée comme un éprouvé faisant partie du sentiment amoureux à l’adolescence. Expression d’une régression fusionnelle ou d’une perception anticipée de l’amour de l’objet, l’océanique pourrait être une version de la résolution du conflit pubertaire.

Claude Savinaud : Passion du symbolique.

A partir du constat clinique que certaines pathologies narcissiques d’adolescence achoppent sur la réalisation d’un investissement libidinal du fait de l’amour-haine portée sur la figure paternelle grandiose et obscène, l’auteur développe l’idée d’un type d’investissement passionnel de la dimension symbolique dépassant le représentant imagoïque déchu au profit d’une parole identifiante, créatrice, qui vise un au-delà de l’objet. Cet investissement revêt les caractéristiques d’un ” état amoureux ” avec le désaisissement du sujet et l’idéalisation de l’autre au-delà de toute satisfaction.

Christian David : Aimer, c’est croître.

Au moment de l’adolescence, le roman familial laisse la place à une ” autofiction anticipatrice “. Cette nouvelle organisation romanesque joue le rôle d’organisateur auxiliaire aux transformations adolescentes et permet au sujet de se dégager de l’emprise des imagos parentales et des rigidités surmoïques associées.

La naissance de l’état amoureux peut devoir beaucoup à la soudaine coalescence qui s’opère alors entre autofiction anticipatrice et actualisation ” exquise ” de la rencontre affective.

François Villa : Analyse de la naissance d’un sentiment amoureux. Fragment clinique.

Un fragment clinique éclaire les rapports entre l’état de détresse originelle et l’état amoureux. Dans cette séquence survient une érotisation du transfert au moment où le patient éprouve une anticipation de potentialités corporelles inconnues pour lui. Il les ressent à portée de mains mais encore inaccessibles. Il en émerge un immense sentiment de solitude, de détresse dans le temps même où la présence du thérapeute acquiert une intensité et un relief libidinal qui en fait le centre de l’attention du patient.