Archives par mot-clé : Viol

ORGIAZZI BILLON-GALLAND I. : RAPE AND MURDER AT ADOLESCENCE : THE HEURISRIC VALUE OF THE T.A.T. 

The understanding of the clinical and therapeutical approach of severe behaviour disorders in terms of rape and murder with some adolescents is here studied from the point of view of projective techniques. The specificity of T.A.T. protocoles shows the temporary efficiency of splitting at work with such adolescents but also its failure when the representation of object‑loss is appealed to, hence summoning up a huge abandonment and annihilation anxiety which will entail drive defusion. The tonality of an internal lethal void is hence unfolded within a narcissism constantly threatened by being broken down into pieces.

CIAVALDINI A. : CHILDHOOD AND ADOLESCENT CHARACTERISTICS OF THE SEXUAL DELINQUER 

The French study on sexual aggressors that took place between 1993 and 1996 in eighteen regional medico‑psychological wards compares two kinds of pupulations. One of sexual aggressors and another of aggressors in terms of voluntary blows (witnesses). Such a study shows that the sexual aggressors had been in the past children and adolescents far better integrated than the witnesses within the school circuits. Yet, very early, analyses of their nightmares show with this population a feeling of severe insecurity leading to far more psychological or psychiatric consultations for sleep disorders both in childhood and in adolescence. Among the motives for consultations (which are twice as many as those demanded from the group of witnesses) one can already find out specific sexual behaviours and typical sexual aggressions. Severe sadistic relationships and a premature tendency to serious crualty towards animals (even pets) are one of the major characteristics of sexual agressors. The other major characteristic is that, in one case out of three, a sexual aggression before the age of ten which will be in 75% of the cases repeated in the course of childhood or of adolescence. Yet the analysis of the beginnings of the sexual life of such subjects shows that a greater number of them have been the victims of sexual abuse by either men or women from their surrounding without their being able to analyze such acts as being aggressive. This leads the author to suggest the hypothesis according to which there would exist for such subjects of a “ continuous primary seduction ” in which the aggression act, usually presented as an “initiation” would thus become a “logical” achievement. Finally, such a study shows that acting sexual aggression works as an anti‑depressant from adolescence onwards. 

Stéphanie Frémont : acte sexuel violent et débordement du remords à l’adolescence : l’histoire de leila

À partir de la conceptualisation de Bonnet et de l’histoire d’une adolescente de seize ans amenée à commettre un viol sur la personne d’une autre jeune fille, plusieurs idées peuvent être dégagée quant à la spécificité du remords à l’adolescence et quant à son incidence dans le déclenchement d’actes violents.

Si le remords s’inscrit très tôt dans l’histoire du sujet, transmis à travers la filiation et repris par celui-ci en fonction de sa place dans l’ordre générationnel et de son propre vécu, l’adolescence le rendrait d’autant plus pesant que le sujet est pressé par son corps pubère de sortir des pactes fantasmatiques familiaux qui l’emprisonnent pour accéder à une identité génitale. Le remords à l’adolescence viendrait signer, pour l’adolescent, l’impossibilité de s’autoriser de son sexe et témoigner de l’enfermement de celui-ci dans une impasse entre l’identification primaire à la mère active et toute puissante et l’identification secondaire, œdipienne. Se heurtant à la nouveauté génitale, le remords pourrait conduire le sujet au passage à l’acte, ce moment fou de débordement du remords signant, de façon paradoxale, à la fois l’incapacité du sujet de s’engager sur la voie de l’accomplissement pubertaire et à la fois, son ultime tentative, vaine et désespérée, de redevenir sujet de son histoire. Et si cet acte s’avère un échec dans sa visée libératrice, peut-être pourra-t-il permettre au sujet, soutenu par le lien transférentiel, de reprendre la parole.

Isabelle Orgiazzi Billon-Galland: viol et meurtre à l’adolescence: valeur heuristique du T.A.T

La compréhension de la clinique et de la thérapeutique des troubles majeurs du comportement de viol et de meurtre chez l’adolescent est envisagée ici à partir de la contribution des techniques projectives. La spécificité des protocoles T.A.T. montre l’efficacité temporaire du clivage à l’œuvre chez ces adolescents, ainsi que l’échec de celui-ci lorsque la représentation de perte d’objet est sollicitée, mobilisant alors une angoisse considérable d’abandon et d’anéantissement qui va contribuer à la désintrication pulsionnelle. La tonalité d’un vide interne mortifère se déploie alors dans un narcissisme toujours menacé d’effondrement.

Adolescence, 1998, T. 16 n°1, pp. 294-307.

André Clavaldini: caractéristiques de l’enfance et de l’adolescence du délinquant sexuel

L’étude française sur les agresseurs sexuels qui s’est déroulée de 1993 à 1996 dans dix-huit Services Médico-Psychologiques Régionaux compare deux cohortes. L’une d’agresseurs sexuels, l’autre d’auteurs de coups et blessures volontaires (“Témoins”). Cette recherche montre que les agresseurs sexuels furent des enfants et adolescents mieux intégrés que les “Témoins” dans les circuits scolaires. Cependant, très tôt des cauchemars reflètent chez eux un sentiment d’insécurité profond ce qui entraîne plus de demandes de consultations psychologiques ou psychiatriques pour troubles du sommeil dans l’enfance et à l’adolescence. Parmi les motifs de consultations (qui sont doubles des “Témoins”) on retrouve déjà des comportements sexuels particuliers et des agressions sexuelles caractérisées. Les relations sadiques sévères et une tendance précoce à la cruauté franche envers les animaux, fussent- ils familiers, sont une caractéristique des agresseurs sexuels. L’autre grande caractéristique est, dans plus d’un cas sur trois, une agression sexuelle avant dix ans, qui sera dans les trois quart des cas multiple ou répétée au cours de l’enfance ou de l’adolescence. Cependant l’exploration des débuts de la vie sexuelle de ces sujets indique qu’un nombre plus important d’entre eux ont été victimes d’agressions sexuelles, par des hommes ou des femmes de leur entourage, sans qu’il soit possible pour eux de repérer ces actes comme des agressions. Cela amène l’auteur à faire l’hypothèse selon laquelle il existe pour de tels sujets une “séduction primaire continue” dont l’acte d’agression, présenté souvent comme une “initiation” serait un aboutissement “logique”. Enfin, cette étude indique que l’acte d’agression sexuelle fonctionne dès l’adolescence comme un comportement anti-dépresseur.

Adolescence, 1998, T. 16 n°1, pp. 293-305.

Claude Balier: la violence à la lumière des processus adolescents

Bien plus qu’une période de la vie, l’adolescence est le contenant de toute une série de processus déjà inscrits chez l’enfant dès la naissance. C’est en fonction d’une réponse adéquate des objets que les processus parviendront à leur plein développement. La violence à être prendra alors la forme d’un projet de vie, expression du Surmoi qui marque l’achèvement de l’adolescence. Tel n’est pas le destin de sujets auteurs d’agressions sexuelles. La violence non intégrée les conduits à laisser dissoudre leur Moi dans le jeu des processus. L’agression de l’autre devient alors une défense contre une intrusion hallucinatoire.

Adolescence, 1998, T. 16 n°1, pp. 293-305.

Marthe Coppel-Batsch : Artemisia Gentileschi (1593-1653). sexualité, violence, peinture

Artemisia Gentileschi est une femme peintre du début du XVIIe siècle, très influencée par Le Caravage qui était un ami de son père : Orazio Gentileschi.

En 1612, Orazio, s’estimant atteint dans son honneur, porte plainte pour viol contre l’amant de sa fille. Artemisia avait alors dix-neuf ans. Les actes de ce procès ont été conservés. Ils donnent à voir la violence qui régissait les relations entre hommes et femmes à cette époque.

Depuis les années 50, Artemisia a mobilisé l’intérêt des féministes en Italie et aux USA. Biographies, articles, expositions, romans et film sont apparus, évoquant son histoire.

Ce texte analyes trois œuvres d’Artemisia. Judith et Holophern, qui permet d’imaginer comment Artemisia se situait par rapport à la sexualité de son époque. Yaël et Sisera, qui, peut-être, parle indirectement de ses relations avec son père. Lucrèce, enfin, que l’on peut regarder comme une confidence.

Adolescence, 2008, T. 26, n°2, pp. 365-387.