Archives par mot-clé : Pare- excitations

Mickael Benyamin, Gérard Pirlot : Le silence et le mot surprise

Les auteurs, à partir d’une vignette clinique, se proposent de revisiter le silence et l’inhibition du fonctionnement psychique chez les adolescents. Ils s’appuient sur le travail du préconscient dont le rôle est majeur dans le traitement des excitations et de la génitalité propre au processus de l’adolescence et tentent de l’articuler avec une théorie de la technique avec les adolescents.

 

Adolescence, 2017, 35, 2, 403-412.

Adèle Assous : travail du préconscient à l’adolescence

Cet article est une invitation à la lecture du livre de M. Benyamin, Le travail du préconscient à l’épreuve de l’adolescence. Nous en présentons les axes majeurs de réflexion qui apportent au clinicien un éclairage très original et captivant sur le préconscient, mais aussi sur la psychosomatique et la psychanalyse de l’adolescence.

Adolescence, 2016, 34, 1, 191-197.

Joëlle Roseman : charles in slumberland, rêve et bande dessinée

Little Nemo in Slumberland, bande dessinée de W. McCay, explore l’univers onirique d’un jeune garçon. Elle figure de nombreuses sensations, transformations et angoisses corporelles. L’intérêt que lui a porté Charles, adolescent en psychothérapie, a permis d’utiliser cette médiation dans le transfert. Elle a eu pour lui une fonction d’éveil à son monde interne, mais aussi de pare-excitations, et a permis un travail psychique d’élaboration.

Adolescence, 2014, 32, 4, 879-890.

Brigitte Wedling : trajectoire d’un adolescent entre psoriasis et troubles du comportement

À travers la trajectoire d’un adolescent, ce travail explore les méandres de son fonctionnement psychique et la diversité de ses expressions – psoriasis, troubles du comportement, toxicomanie – qui sont autant de tentatives désespérées pour juguler l’envahissement pulsionnel et assurer sa survie psychique. Les liens entre psoriasis et pare-excitations d’une part, troubles du comportement et destructivité d’autre part, sont interrogés pour comprendre l’évolution de la psychothérapie et l’élaboration psychique qui la sous-tend.

Renée-Laetitia Richaud: Oeuvre d’ art, médium malléable et subjectivation. Approche maieutique

Espace ludique, onirique, créatif, l’Art constitue un médium malléable dont l’adolescence peut s’emparer pour traiter la crise identitaire et pulsionnelle qu’elle doit affronter. Sans urgence. “De biais.” Dans cette reconnaissance-méconnaissance propre au dynamisme de rencontre et de création de l’objet esthétique.

L’œuvre d’art est le paradigme d’une cure singulière, cure d’écriture, dont le thérapeute-maïeute, lui aussi médium malléable dans sa fonction d’étayage, se fait substitut transitionnel et transitoire de l’objet maternel primaire, dans sa fonction de pare-excitations.
L’effet en est un éprouvé de l’efficacité de ce jeu de liaisons-déliaisons-reliaisons préconscientes qui donnent au psychisme en crise la capacité de se faire progressivement autocontenant de ses représentations. Subjectivation de l’Unheimlich.