Didier Lippe: Juliette ou l’ en-quête d’ un objet mal identifié

En développant largement le cas d’une jeune patiente boulimique autour de moments mutatifs de la relation transférentielle et des aléas fructueux d’un transfert latéral dans sa cure, j’essaie de mettre en évidence les aspects particuliers et spécifiques de sa relation d’objet Je propose de voir dans la problématique d’addiction et de dépendance à l’objet alimentaire des failles dans les processus précoces d’identification liées au fait que l’objet originel d’investissement serait “mal identifié” ou se serait “mal fait identifier”. L’objet ne pourrait alors être introjecté mais seulement incorporé. I1 en résulterait la quête sans fin (dépendance), non pas tant de l’objet lui-même, que d’une tentative d’identification “de” cet objet pour s’y identifier et s’en désaliéner.

 

Adolescence, 1997, T. 15 n°2, pp. 307-323