Claude Thiaudière : Les usages de l’adolescence : réduire le désordre de líépidémie

À partir du constat que la prévention du sida auprès de l’adolescence et de la jeunesse est importante alors que l’épidémie concerne peu ces catégories de population, l’auteur développe une réflexion sur la complexité des représentations sociales associant sida et adolescence, en partant de l’idée que ces catégories résultent d’un ” travail ” des institutions sociales. Ainsi développer un discours préventif sur le sida auprès de ces catégories a pour effet d’intégrer le sida dans un discours consensuel plutôt que de parler au nom de catégories marginales (homosexuels, toxicomanes, migrants d’Afrique). En s’adressant à ces deux catégories, on met en jeu des modèles de fonction sociale (l’institution biographique pour l’adolescence, le groupe territorial pour la jeunesse). Cette lecture de l’action de prévention fait apparaître le clivage politique sous jacent, d’un côté l’adolescence à protéger des risques liés au sida ; de l’autre la jeunesse, à protéger des risques que le sida fait courir à la société.

Adolescence, 1999, T. 17 n°2, pp. 47-58.