Archives par mot-clé : Asthme

Valérie Boucherat-Hue : Mademoiselle “rit-tout-le-monde” et sa solution allergique

Le fonctionnement allergique est conçu par la théorie psychanalytique comme un aménagement psychopathologique, de nature spécifiquement régressive et labile, qui s’écarte considérablement des tableaux cliniques du « fonctionnement opératoire » décrit dans le champ psychosomatique.
Le cas clinique d’une post-adolescente asthmatique permettra de montrer, à partir d’une méthodologie qui couple entretiens cliniques et épreuves projectives, de quelle(s) manière(s) subtile(s) les « défenses allergiques », lorsqu’elles font partie des ressources de l’organisation psychique, peuvent servir à court-circuiter tout autant la confrontation à l’épreuve pubertaire que les renoncements psychiques du jeune adulte à la fin de l’adolescence.
À partir de la réactivation des problématiques génitale et pré-génitales, et de leur articulation mouvante à l’adolescence, sera discutée l’interface entre les déconvenues de l’aménagement névrotique et le recours à la solution allergique dans sa bivalence, à la fois mentale et somatique.
Chemin faisant, l’entrée dans la maladie allergique à l’adolescence pourrait être conçue, dans certaines constellations cliniques, comme une potentialité défensive relativement économique sur le plan psychosomatique, et abriter des asthmes paroxystiques, de pronostic plutôt favorable.
La clinique de l’éclosion allergique à l’adolescence permet d’interroger, et de mettre à l’épreuve de manière féconde, les liens intrinsèques que la théorie psychosomatique, souvent centrée sur l’enfant ou sur l’adulte, entretient avec la psychopathologie psychanalytique.

Valérie Boucherat-Hue : de la crise pubertaire aux crises allergiques “ à géométrie variable ”

Tenir l’adolescence et ses remaniements pubertaires pour une étape développementale moins sensible que d’autres aux désorganisations somatiques est un point de vue souvent avancé par les psychosomaticiens qui, en psychanalyse, est loin de faire l’unanimité.

Il repose sur le postulat économique d’une corrélation négative entre crises psychiques et crises somatiques qui sera mis à l’épreuve de la clinique à partir d’une recherche sur le fonctionnement allergique de jeunes adultes et de grands adolescents asthmatiques.

Il résulte de cette étude que les crises d’asthme à l’adolescence doivent non seulement être rapportées à l’ensemble de l’économie psychosomatique individuelle qui en détermine la nature et la fonction, mais aussi être envisagées selon une approche psychodynamique car elles sont susceptibles d’organiser le processus pubertaire plutôt que de le court-circuiter dans bien des situations cliniques.

Ainsi, peuvent être différenciées les crises allergiques “ régressivantes ” survenant par évitement d’une conflictualisation pubertaire représentable, les crises allergiques “ élaboratrices ” émergeant par surcharge fantasmatique avec un effet symboligène stimulateur et les crises allergiques “ rupturelles ” intervenant par décharge pulsionnelle à valeur de déliaison psychosomatique.

Ce travail contribue à soutenir que les critères d’âge d’entrée dans la maladie, de même que la décompensation inaugurale ou l’aggravation d’un asthme allergique à l’adolescence, ne préjugent pas du pronostic somatique et psychopathologique de l’âge adulte.